Victime d’un arrêt cardiaque : que faire ?

Un arrêt cardiaque a de nombreuses causes, dont certaines ne sont pas d’origine cardiaque, mais la principale est une arythmie cardiaque appelée fibrillation ventriculaire. Le cœur perd sa capacité à se contracter de manière organisée et s’arrête donc de battre. La victime perd d’abord son pouls, puis, en quelques secondes, sa conscience et sa capacité à respirer. Et s’ils ne reçoivent pas une attention immédiate, la conséquence est la mort en quelques minutes. Il s’agit d’une pathologie extraordinairement fréquente que nous sous-estimons souvent.

Si vous êtes victime d’un arrêt cardiaque dans la rue et que vous ne recevez pas d’aide, vos chances de survie après 10 minutes sont presque nulles. C’est pourquoi il est vital que nous sachions tous comment effectuer un massage cardiaque et utiliser un défibrillateur sur https://www.securimed.fr/materiel-urgence/defibrillateurs. Cela peut faire la différence entre la mort et sauver une vie.

Reconnaître l’arrestation

Le premier maillon de la chaîne est de savoir reconnaître un arrêt cardiaque, d’en détecter l’importance et de savoir qu’il est essentiel d’agir rapidement. Face à une personne effondrée, vérifiez si elle respire et répond aux stimuli. Sinon, appelez les urgences, en précisant qu’il s’agit d’un possible arrêt cardiaque et en indiquant la localisation la plus exacte possible. Si cela est fait correctement, le service d’urgence enverra une équipe à toute vitesse.

 Commencer le massage

La réanimation par le bouche-à-bouche est inutile et inefficace lorsqu’elle est pratiquée par du personnel non formé. Ce qui est vraiment important, c’est un bon massage cardiaque. Les deux mains doivent être placées au centre du sternum du patient et effectuer des compressions vers le bas, les bras étant étendus à angle droit par rapport au corps de la victime. Le sternum doit être comprimé vers le bas sur environ 4-5 cm, à raison de 100 fois par minute, et les compressions doivent être rythmées, régulières et ininterrompues. Le massage cardiaque doit être maintenu jusqu’à ce que la victime reprenne conscience ou jusqu’à l’arrivée de l’assistance médicale. Il est essentiel que le massage soit commencé par la première personne à voir l’arrêt cardiaque et maintenu dans le temps. Si vous attendez l’ambulance sans rien faire, la victime mourra très probablement. Dans de nombreux pays, de grands efforts ont été faits pour enseigner à la population ces techniques de réanimation.

Utiliser le défibrillateur

La défibrillation consiste à administrer une décharge électrique contrôlé au cœur à l’aide d’un appareil appelé défibrillateur. En fait, cet appareil permet de décharger l’activité électrique de toutes les cellules du cœur en même temps et, en relançant l’activité du cœur « à partir de zéro », le cœur retrouve son rythme normal. Les défibrillateurs sont utilisés en médecine depuis 1947, initialement limités à l’usage hospitalier. Il y a dix ans, des équipements portables et autonomes ont commencé à être développés, ce qui nous a permis de rapprocher la défibrillation de la population. Le défibrillateur externe automatique (DEA) est un appareil simple qui ne nécessite aucune formation préalable et dont l’utilisation précoce peut sauver de nombreuses vies.

Pratiquer la réanimation

Enfin, la quatrième étape fait référence aux techniques de réanimation avancées administrées par le personnel de santé. La réanimation doit commencer tôt. Pour chaque minute qui passe, les chances de survie diminuent de dix pour cent, de sorte qu’après dix minutes, les chances de survie sont minimes.